Le bonheur est une perception lumineuse du monde !

Véronique Jaccard / Octobre 2021


Dimanche 3 octobre, au pied du Mont Orford, 33 personnes en quête de toujours plus de lumière, étaient présentes à notre journée d’enseignements et de méditations animée par Paul Beaudry, auteur, conférencier et guide spirituel, venu répondre à la question: "Et si notre perception déterminait notre expérience".


33 expériences vécues différemment selon les filtres de chacun. Un peu à l’image de la splendeur des couleurs automnales, chacun, chacune crée son paysage selon ses antennes ultras sensibles qu’est le système nerveux.

D’entrée de jeu, Paul nous rappelle que le monde que nous voyons est un monde propre à soi bâtit sur nos expériences vécues depuis la nuit des temps. Un monde d’empreintes et d’illusions que nous pouvons changer si nous avons le courage de changer nos croyances.

« Dans le fond l’être humain ne change pas tant que ça au fil du temps à moins que ses croyances changent ! », nous enseigne Paul.


Nous sommes convaincus que ce que nous voyons est la réalité. Et comme le monde nous reflète le miroir parfait de ce que nous croyons être, nous adoptons cette confirmation comme étant la vérité. La sagesse nous enseigne, tout comme la Nature, que la Lumière est incolore et invisible; Tout est énergie. Ce sont les prismes de nos yeux, nos filtres, qui déterminent ce que nous voyons. Oh ! Lumière ! Un voile se lève et le silence s’installe dans notre belle et grande salle située au deuxième étage de l’hôtel Estrimont : « Sans filtre, il n’y a rien. Seule la conscience pure est réelle », poursuit Paul, « Ce n’est pas parce qu’il n’y a rien que nous ne sommes rien ». Ouf ! nous voilà rassuré un peu, nous allons pouvoir entrer en méditation en sachant que nous n’allons pas disparaître, bien au contraire, une invitation à nous découvrir et nous voir tel que nous sommes réellement !


Paul nous invite à fermer nos yeux et nous unir à notre observateur intérieur, notre vrai moi, Quelques respirations profondes pour se placer dans un état de détente musculaire et nerveuse avant de rejoindre l’intimité de notre cœur. Là où réside une aspiration profonde à vouloir grandir : « La croissance c’est se libérer de notre passé. Le plus grand filtre c’est la peur et pour survivre nous avons nié la peur. ». Nous recevons deux premières clés de sagesse qui ouvrent le cœur : 1. Ressentir ce qui se passe en soi. 2. Aimer la vérité de ce que nous découvrons de soi. « Assumer ce que l’on est, est un acte libérateur ! « Rien ne peut être détruit, ni notre passé, ni nos empreintes. ». L’expérience vivante de notre pratique nous démontre que tout doit être transmuté. Que tout doit être aimé en soi. « En observant une chose, ça crée la vacuité ! ». La substance de la vacuité c’est l’Amour et l’Amour guérit tout ! Nous terminons la méditation, nos mains déposées sur notre cœur. Gratitude ! Nous ressentons plus de détachement et moins de dramatisation face aux événements de notre vie.


C’est déjà l’heure du dîner avant un après-midi qui sera fort transformateur grâce à 12 autres clés pour apprendre comment changer nos perceptions :


1. Reconnaître et nommer notre perception limitante.

2. Ressentir. Notre ressenti émotionnel conscientise notre perception souffrante.

3. Choisir de voir autrement.

4. Désirer nous libérer de nous-même.

5. Visiter les rigidités de notre esprit. Notre corps nous instruit sur nos rigidités.

6. Notre absence de jugement libère notre esprit. Le jugement est le pire des poisons.

7. Pardonner ce que nous voyons : "Je pardonne cette perception ou je me pardonne d’avoir créé ce que je vois".

8. Soumettre la perception au cœur. Passer de la tête au cœur et restez là !

9. Voir notre monde et nos épreuves sous un angle impersonnel crée du détachement.

10. Notre égo n’a pas d’existence réelle

11. Cultiver une narration intérieure lumineuse. Ressentir et nommer une souffrance abolit le dialogue intérieur empoisonné.

12. L’Amour abolit la perception négative.


La fin de notre après-midi approche. Le paysage extérieur que nous pouvons apercevoir au travers des grandes baies vitrées a changé, nos paysages intérieurs aussi. Il est temps de se souhaiter un beau retour chez soi et une bonne intégration de tous ces enseignements de sagesse qui traverse le temps au fil du temps.

Le monde du dehors nous attend; reflet de notre monde intérieur. Tous reprennent le couloir de l’hôtel, chacun, chacune dans son monde. Un nouveau monde fait d’un peu plus de silence et de quelques paroles échangées par ci, part là :

« Moi, ma perception de cette journée c’est… et toi comment tu vois ça ? ».

Comme nous l’a partagé Paul au cours de cette magnifique journée riche en ouvertures et en transformations, nous ne pourrons plus jamais oubliés que : « Maintenant nous savons que nous serons ce que nous sommes et non pas ce que nous voudrions être ».





Posts à l'affiche